Hakim Saidj

Lancement de la liste citoyenne – Hakim SAIDJ

Bonjour à tous,

C’est un réel plaisir pour moi d’être présent ici. Faire mon premier discours en public, ici, au Baspays, ça n’est pas anodin. Parce que c’est dans ce quartier, de cette ville qui m’a vu naître, que les étapes les plus fondamentales de mon parcours se sont développées, aussi bien sur le plan personnel que professionnel, j’ai eu plaisir à diriger l’espace dans lequel nous sommes et de prendre la responsabilité du point information jeunesse.

En tout, pendant 18 ans, j’ai oeuvré pour notre commune.

Pendant 18 ans j’ai pu échanger avec des Romainvillois de tous bords, des Romainvillois de tout âge.

Pendant 18 ans j’ai été à l’écoute de leur problématique.

Pendant 18 ans j’ai été sensible à leurs espérances.

À l’issue de ces 18 années, j’ai forgé des convictions fortes sur les problématiques structurantes d’une vie en collectivité :

La vie démocratique, permettant d’associer tous les citoyens engagés.

La vie associative et sportive, noyau du mieux vivre ensemble.

Et la jeunesse, berceau de l’avenir de notre ville.

 

Mon engagement au sein de Romainville Débat a été à L’image de mon parcours, une volonté de s’engager.
À résonner avec mon expérience et les éléments qui m’ont pu être partagé.
Cette aventure que fut Romainville Débat a confirmé ma conviction profonde, c’est que tous citoyens peut avoir un avis éclairé sur sa ville, que tous citoyens doit avoir un espace de partage de ses opinions, de ses souhaits, de ses problématiques et que c’est précisément la force de l’expression, de l’opinion qui permet à une collectivité d’envisager un avenir porteur, des horizons enthousiasmant puisque

QUAND LE CITOYEN S’EXPRIME, LA VILLE S’INSPIRE !

À l’issue de 3 mois débats, souvent passionné, parfois animé d’avis contraire, mais toujours raisonné et constructif, de nombreuses propositions nous ont été remonté et ont permis d’alimenter une réflexion profonde sur 3 problématique clefs pour notre commune, trois problématiques qui me tiennent à coeur, 3 problématiques pour lesquels il faut penser et pour lesquels

il faut oeuvrer AUTREMENT.

J’aimerais partager avec vous 3 questionnements issus de discussions avec des Romainvillois et qui illustrent parfaitement la nécessité de faire Autrement.
Vous avez tous pu lire ou entendre parler du projet du Stade Paul Baldit, dont la construction n’a pas été réalisé en lien avec les associations sportives, principaux concernées par le projet.
Cette situation est représentative de ce que vivent les associations, de ce que vivent les Romainvillois, un manque d’écoute, un manque de concertation, parfois même un manque de considération.
Comment peut-on imaginer qu’un projet d’une telle ampleur ne fasse pas l’objet d’une concertation, sinon avec nos jeunes, principaux publics engagés dans une pratique sportive, au moins avec leur représentant ?

Faire Autrement à Romainville, sur cette question, c’est affirmer la nécessité :

D’écouter les associations représentatives de nos jeunes,

Entendre leurs besoins, Pour mieux répondre à leur demande. La mairie montre alors, à chaque citoyens, que ça voix non seulement compte, mais est nécessaire dans tout projet qui le concerne !

Autre questionnement que j’aimerais vous partager :

comment mieux accompagner les décrocheurs scolaire ?

Certains parents rencontrent des situations où leurs enfants ne voient plus de sens dans l’école, n’ont plus confiance en l’avenir, ne parviennent pas à dessiner des horizons.
À Romainville, c’est malheureusement un cas répandu, 38% des adultes sortent du système scolaire sans qualifications. Ce chiffre marque la réalité du décrochage scolaire et la nécessité d’agir avec volontarisme. Mais ce volontarisme doit être mis en oeuvre Autrement !

À titre d’exemple, Romainville ne propose pas de dispositif à destination des 15/18 ans, alors qu’il pourrait raccrocher les jeunes sur des formations porteuses, enthousiasmante qui leur redonnerait goût à l’école.

À titre d’exemple, Romainville ne dispose pas d’éducateurs, notamment d’éducateurs de rue,

permettant de lutter efficacement contre les phénomènes de rixes, d’affrontements dans des logiques de quartier, ou de phénomènes d’errances.

À titre d’exemple, Romainville ne projette pas la jeunesse dans une logique de projets inter quartiers qui permettrait de remplir 3 objectifs majeurs : de redonner confiance à la jeunesse, créer une solidarité à l’échelle de la commune et favoriser le lien intergénérationnel.

Vous le voyez, cela implique de réfléchir, construire et se projeter Autrement à Romainville !

Troisième question que j’aimerais vous partager, celle du projet de l’ANRU à Gagarine. Ce projet a créé des frustrations alors qu’il devrait susciter l’adhésion.

La cause ce fut le manque de concertation.

Ce projet de renouvellement urbain doit porter un élan positif pour ses habitants , doit permettre de repenser la logique du territoire, d’embarquer la jeunesse dans une trajectoire ambitieuse, de faciliter le quotidien de chacun : parents, retraités, actifs ou aidants. Ce projet doit permettre à chacun de ne pas être isolé mais épanoui dans son environnement.

Concerter Autrement à Romainville, ça n’est pas clivé pour arbitrer, mais écouter pour décider.

Vous le comprenez, nous avons besoin d’oeuvrer Autrement pour notre collectivité, cela peut sembler difficile, c’est pourquoi j’aimerais terminer sur une citation de Winston Churchill :

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ».

ENSEMBLE, PORTONS UN OPTIMISME DE VOLONTÉ

 

Hakim Saidj 
le14 décembre 2019