Biocitech est une part de l’histoire de notre ville. Le site est celui des anciennes usines Roussel Uclaf, qui ont été le lieu de travail de générations de Romainvillois et Romainvilloises. C’est dans le Bas-Pays que s’est construite pour partie l’industrie pharmaceutique de la Seine-Saint-Denis. 

Elle a été le témoin des délocalisations et des fermetures, des départs de Sanofi et Fareva. De la fin des activités de production de médicaments dans notre ville.

Le fait qu’aujourd’hui, Fiminco et la Banque des territoires (une direction de la Caisse des dépôts et consignations) aient choisi de mettre en vente Biocitech, pour une valeur de 114 millions d’euros semble incroyable. Aussi bien par la méthode que le montant…

Ce quadruplement de la valeur d’un bien, en si peu de temps laisse entrevoir une plus-value effarante pour la vente d’un site industriel, un lieu d’emploi et de développement économique important pour notre ville et notre territoire.

Cette gestion d’un actif foncier est objectivement défaillante et cette vente ne peut que porter préjudice à notre ville, à son tissu économique si elle arrive à son terme. L’État est informé de la situation et il a été interpelé afin d’intervenir et d’agir via la Caisse des dépôts, nous attendons encore…

Sans apport de valeur pour améliorer Biocitech, et alors que l’achat fut réalisé dans les derniers jours du mandat précédent, il est invraisemblable de voir un acteur privé capter des millions d’euros grâce à la vente d’un bien qui ne lui a fait prendre aucun risque, avec les participations croisées avec le Paddock

Il faut que le bien commun qu’est Biocitech ne soit pas sacrifié devant l’intérêt lucratif d’un groupe privé, c’est un combat que tout le groupe CES et la majorité sont déterminés à mener collectivement, avec les habitants de Romainville et d’Est Ensemble.

Groupe Citoyen, écologiste et solidaire

close

LETTRE D'INFORMATION

Consultez notre politique de confidentialité